Chiens en laisse et regards sur l'agriculture!

Démarré par admin, 16 Juin 2018 à 15:59:07

« précédent - suivant »

admin

SB, 12/06/21015

Petite faune!

La petite faune serait menacée par les pratiques culturales, les pesticides, la chasse, les prédateurs ou les mordants, les rapaces... Ce n'est pas si simple, les propos méritent d'être nuancés !
Dans le Site de grand intérêt biologique (SBIG) du plateau d'Oleye et environs, l'animal qui m'inquiète le plus, c'est le chien non tenu en laisse, sous contrôle ou non de son maître. Le chien court partout, perturbant surtout en cette saison, la reproduction en cours.
Il disperse les chevreuils prêts à mettre bas, éparpille les levrauts à peine éloignés du gîte, inquiète les lapins dans leur terrier. Il «découve» faisans, perdrix, rares cailles.
Hormis ce gibier, n'oublions pas qu'il existe aussi les oiseaux nicheurs au sol : busards, alouettes, vanneaux, bruants, bergeronnette printanière, pipits, traquets,  et parfois la bécasse des bois dans les bois reliques de Hesbaye. Reptiles ou batraciens, hérissons en sont parfois les victimes et aussi des rongeurs ou des mordants  menacés.
La propriété privée, le maintien sur les chemins de remembrement, la tenue en laisse, des règles rarement respectées !
Lorsque j'explique cela aux passants, ils « tombent des nues », ils n'ont jamais pensé à cela. La plupart réagisse favorablement. Mais la phrase suivante survient souvent : les agriculteurs sont les vrais pollueurs. Mais alors, moi, je réplique : «  autant limiter les dégâts... ou vous mangez des pommes véreuses ou tachées ? » Alors, c'est le silence confus !
Pour se venger de l'agriculture polluante (sic), on abandonne ses poubelles en bordure des champs, même avec du verre cassé, on les brûle au pied des arbustes ou des talus.  Bravo pour nos animaux domestiques ou sauvages.

Une petite anecdote pour détendre : je croise dans une « Réserve naturelle », un maître genre macho à la barbe taillée « au crayon », accompagné d'un mastiff. Moi qui caresse n'importe quel cabot, je me méfie (surtout à la vue du du maître). Soudain, le chien se lève sur les pattes postérieures, il me lèche la main et sollicite des caresses. Le maître lui dit alors : « Qu'est-ce qu'il t'arrive ? »
Je m'éloigne en sens inverse et j'entends alors : « Qu'est-ce qu'il te prend ?». Le chien s'est assis et ne veut plus bouger. Dès que la laisse se détend, il avance vers moi qui m'éloigne.
Si vous me croyez « anti-canin », c'est « râpé » !
Camille