Nouvelles:

Nouveau forum CTHIRION installé !

Menu principal

Inter cultures de courte durée et abeilles

Démarré par admin, 29 Août 2016 à 19:26:52

« précédent - suivant »

admin


Inter cultures de courte durée et abeilles Sillon belge 6.XI.15


En ce début d'automne, je visite  les champs fleuris, histoire de voir si mes chères abeilles domestiques sont de sortie ?
Elles s'activent autour de la planche d'envol, dans les ruchers.
Premier champ, une terre de plusieurs ha de moutarde, la température est de 15 à 17°C, le ciel est ensoleillé, sans nuages, du vent agite les inflorescences. Il est impossible de photographier les visiteurs des fleurs. Des mouches, des syrphes et enfin mes premières observations d'abeilles domestiques sur moutarde, il y en a une tous les dix mètres.
L'odeur est prenante.
Ici donc, l'arrêté « moutarde » est de rigueur, pas d'herbicides sur les cultures en fleur !
Les agriculteurs, en cette saison, me disent se contenter de faucher ou broyer.
Sur une autre terre, les phacélies sont en fleur, il y a trois  abeilles domestiques par mètre carré.
Ailleurs, c'est la provende pour les insectes butineurs. Il s'agit d'un champ de tournesol mêlé de vesce ; les vesces grimpent sur les tiges. Les abeilles grouillent, il y a plusieurs abeilles domestiques par tournesol, il y en a moins sur les vesces, sans doute sont-elles trop ombragées par les tournesols... Ces cultures offrent aussi un intérêt esthétique incontestable.
N'oublions pas le Niger. Malgré les exigences de la culture à son démarrage, une année problématique (2007), très amplifiée par des rapports peu nuancés, a nui à ses potentialités pour plusieurs années. Dommage pour les abeilles domestiques et les papillons de jour prêts à hiverner !
Les cultures intermédiaires demeurent donc un atout pour pallier la mauvaise gestion des espaces adjacents  durant l'automne, et notamment les fauchages trop hâtifs des talus, bords de routes, de champs...  Elles permettent aux abeilles domestiques d'accumuler  des réserves ou de finir l'élevage des couvains tardifs.
Cela permet aussi à nos abeilles de mieux résister à l'hiver, la famine demeurant un facteur d'affaiblissement des colonies, cette famine ne parait pas être comblée par des compléments alimentaires!
Petit complément, je vois retourner des moutardes de 10 cm de haut :  c'est de l'argent perdu, du travail inutile pour l'agriculteur, rien pour les abeilles... Quant  à la  fixation de l'azote, elle est nulle, si tant est qu'il en demeure dans le  sol. Ah, ces règles européennes appliquées à l'aveugle! Nitrawal, ouvrez les yeux !
Camille