Echantillonnage!

Démarré par admin, 29 Juillet 2013 à 23:55:33

« précédent - suivant »

admin

Mon avis.... Ces méthodes d'échantillonnage permettent à des experts de se mettre à l'abri de l'aléatoire !



Malheureusement, de ma propre expérience de terrain, je peux certifier qu'au moins 30% des espèces présentes échappent à l'inventaire mené de manière statistique soit pour une question de date ou de densité de population ou de stade !



Un exemple que je cite toujours : sur une plate bande fleurie de Famenne inventoriée par ce genre de méthode par l'ULG, quelques jours plus tard, j'y suis allée avec deux photographes relativement néophytes, en moins d'une heure nous avions 30 % d'espèces en plus pour les papillons de jour et pour l'évaluation des populations précédemment recensées, c'était tout différent !



Outre que dans les inventaires, les « mains innocentes » font des découvertes inespérées parce que la recherche n'est pas orientée ou sélective, nous avons tous constaté cela à nos débuts, l'expérience nous permet de dénicher des niches  que de tels échantillonnages statistiques ne permettent pas.



Donc en résumé, je préfère l'aléatoire d'un inventaire non organisé à de telles démarches !



Et Leclercq de dire à RASMONT un jour, oui c'est très beau vos tableaux de relevés statistiques, vous avez mis trois ans pour tirer des conclusions que Camille et moi nous promenant sur de tels lieux arrivons aux mêmes conclusions en trois heures mais nous n'aurions pas une méthode pour expliciter nos résultats !



Et vu que chaque année, les proportions des populations voir les espèces changent, que dire d'un éventuel suivi ?



Bien à toi !

Camille








--------------------------------------------------------------------------------

De : choc nature [mailto:chocnature@hotmail.com]
Envoyé : dimanche 28 juillet 2013 00:17
À : camille thirion
Objet : RE: lien





DETAILS DE LA METHODOLOGIE Inventaires entomologiques Terrils



Méthodologie



 
Coccinelles

Chaque terril fait l'objet de deux passages espacés d'au moins un mois entre le 1er mai et le 31 août. Sur chaque terril, des placettes d'échantillonnage de 10 mètres de rayon ont été délimitées dans de grandes unités écologiques déterminées préalablement (milieu ouvert, fermé et humide). En ce qui concerne les milieux boisés, ce rayon peut toutefois être augmenté s'il n'est pas possible d'y trouver assez de supports à battre.

Ces placettes ont été repérées sur carte à l'aide d'un GPS afin de permettre d'éventuels suivis à plus long terme.

Dans ces placettes, les échantillonnages sont effectués à l'aide d'un filet fauchoir (en milieu ouvert) ou d'un « parapluie japonais » (en milieu boisé).

L'objectif est de donner 8 fois 10 coups de filet dans les milieux ouverts et humides et de battre 8 fois 10 branches en milieu fermé afin de standardiser l'effort de recherche.

Après chaque série de 10 battages et fauchages, les coccinelles sont identifiées et placées dans un bocal jusqu'à la fin des relevés afin de ne pas fausser les chiffres en recapturant plusieurs fois un même spécimen.

Dans chaque placette d'échantillonnage, le battage ou le fauchage est suivi par 5 minutes (milieux ouverts) ou 10 minutes (milieux fermés) de recherche à vue afin d'éventuellement compléter l'échantillonnage standardisé.

Une fois les recherches terminées, les coccinelles sont relâchées dans leur milieu de capture.

Orthoptères

Les Orthoptères sont inventoriés en même temps, de la même manière et dans les mêmes placettes que les Coccinellidae. L'identification des espèces au chant est également pratiquée.

Guy Boosten