Nouvelles:

Nouveau forum CTHIRION installé !

Menu principal
Menu

Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.

Voir les contributions Menu

Messages - admin

#61
Abattre tous les sangliers de la zone délimitée!
J'ai entendu que si c'était fait par les chasseurs, c'était voué à l'échec (Roumanie)!
Les chasseurs n'y sont sans doute pour rien.
Sauf si c'est clôturé, on sait depuis belle lurette que si on libère des niches et surtout si elles sont bien pourvues en ressources alimentaires, c'est immédiatement occupé par des individus de populations voisines "La Nature a horreur du vide!"  ;D

Dans le cas de la Langue bleue du mouton, on a decelè un phénomène d'auto-immunisation après le gros de la crise.
Difficile de savoir, vu que l'on vacciné peu après, si les anticorps provenaient d'un contact antérieur suivi ou non d'une auto-immunisation ou du vaccin?

Chez les sangliers, si on tue tous les sangliers de l'enceinte, on se prive peut-être de lignées auto-immunisées, des sangliers qui ont été contaminés, qui ont résisté et ont déjà dans leur potentiel génétique ce facteur d'immunité?

Vous pouvez en rire, dire que je fais un pari sur l'avenir via le hasard des mutations: le sanglier a de nombreux jeunes par portée et 2-3 portées l'an, son taux de reproduction plaide pour des lignées auto-immunisées rapidement!

Soyons en sûr, peu y ont réfléchi, pourtant?

#62
Vous n'avez pas été consultée pour la prise de mesures et vous suiviez le virus depuis 2011!

Vos remarques sur les mesuressemblent très pertinentes.

Si votre association n'a pas été consultée, les vétos de l'Afsca l'ont sûrement été!
#63
Au moment de la crise aviaire, je suis allée relire mes cours de candi et mes notes d'éthologie!
Les propos sur les causes d'infection de l'AFSCA dans le Sillon belge (migrations) m'avaient stupéfaites.

Les mesures d'abattage ou de confinement (rebelote) avec la Maladie de Newcastle, toujours dans la précipitation ont-elles changé quelque chose dans l'évolution de l'épidémie?

Tant qu'on y est, hier trois oiseaux photographiés n'appartenant pas à notre faune sur observations.be, Australie, Afrique...changement climatique, certaines lignes de migration ont changé ou échappé de captivité?

Et pourquoi ces saloperies touchant nos volailles ne viendraient-elles pas de l'élevage ou de l'importation de faisans, perdrix, canards ou d'oiseaux d'ornement?
Ils peuvent très bien être porteurs/vecteurs sans en souffrir.

Langue bleue souvenez-vous, on ne voulait pas vacciner les moutons pour ne pas empêcher l'exportation.
Les moutons malades ou vaccinés étant porteurs d'anticorps et l'on ne savait pas les distinguer.
De nouveau abattage dans la hâte, et on a constaté une auto-immunisation progressive puis on a vacciné enfin systématiquement.
De nouveau l'économique a primé sur le bien-être animal!
A St-Hubert (Mochamps), un troupeau infecté pour tondre le projet LIFE et 30 bêtes mortes et notre gibier?

Fipronil
Pas d'autres solutions que l'abattage, et surtout comme à chaque crise, aucune anticipation des contrôles!
Retirer les productions des volailles durant un temps n'aurait-il pas suffit?
Le bien-être animal encore méprisé au profit de l'économique.

La Brucellose, plusieurs articles édifiants dans le Sillon belge et des témoignages d'agriculteurs sérieux autour de chez moi qui m'ont laissée perplexe.

La vache folle,  Des mesures seulement ponctuelles ou une surveillance accrue quand on a connu la source de contamination n'auraient-elles pas suffit?

Le même raisonnement pour la dioxine?

Anémie équine, on connaissait le foyer (importation de chevaux roumains) près de chez moi, on a terrorisé les propriétaires de chevaux près de chez moi, des intrusions, des investigations brutales sans ménagement ni précautions sur les bêtes et sans doute des abattages superflus, triste souvenir.

Maintenant, je ne peux plus m'insurger dans la presse spécialisée, le Sillon belge refuse de publier mes articles. Les pressions, j'ai senti....et pas de la part du Sillon belge!

Reçu, vous n'y comprenez rien, ce n'est pas votre expertise et ensuite publié dans le Sillon belge
Je ne polémique pas dans ce cas, je fais confiance au bon sens du monde rural et à mes "anciens" pour faire le tri!
J'ai quand même dit à l'intéressé, véto, que s'il continuait à me salir, j'allais démontrer qu'il n"avait rien compris à ses cours!
Je n'ai pas pour habitude de publier n'importe quoi sans avis ou vérification!

Et je ne fais pas confiance aux médias traditionnels transformant les propos des experts.

Hélas, l'économique prime sur le social ou le bien-être animal, ou la vérité et la rigueur!
Et des agriculteurs marchent, quelques primes, cela peut être précieux quand on est sur le"'fil du rasoir".


#64
S'il fallait encore l'écrire, le gachis qui consiste à envoyer des bêtes saines à l'équarrissage, dirigé sous le contrôle de l'AFSCA, démontre une fois de plus que seuls les intérêts économiques sont pris en considération si pas l'influence "du vent du Nord".
Alors que d'autres ont faim chez nous ou ailleurs, que des producteurs auraient pu avoir des indemnités pour le travail accompli et non pour son anéantissement, petite consolation mais au vu des interviews....ce n'est pas sans importance!
Quelle dilemme pour les vétos locaux chargés de l'eutanasie eux qui s'occupent de ces éleveurs depuis des années!

Dans l'opinion publique, voyez le niveau:ben oui, les cochons, l'abattoir, c'est leur destin!

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le Ministre Ducarme est de nouveau parti pour une nouvelle bêtise.....après celles des précédentes crises!
Il agit puis réfléchit ensuite!

Mais il aura obtenu des primes d'abattage à distribuer en vue des élections!

Il va encore foutre à l'air tout un secteur, celui des oeufs ne s'en est pas encore remis!
N'est-ce pas la fin de certains élevages (recherchée par certains) et peut-être des dépressions/désespoirs en vue pour leur propriétaire mais aussi pour la génération "montante"?

Et après, qui va regarnir les élevages et surtout reconstituer les lignées sélectionnées?

Le secteur porcin autour d'Etalle n'aura plus de porcelets et ceux des autres régions n'en auront plus à engraisser, ou ne pourront plus en vendre à l'étranger!
On va regarnir nos élevages avec des "cossets" flamins ou polonais?

A peine une évaluation sommaire est-elle en cours  : Académiques, c'est à la mode, scientifiques, monde rural...réagissez!
Merci FWA, Febev, FUGEA, Eleveurs gaumais , UPV

Ne permettez plus que votre sort soit scellé sans concertation, votre secteur doit relevé  de ministres ayant eu les pieds dans la glaise ou sur la glèbe; les lobbys économiques sont ardents!
Je n'ai aucune fonction, aucune accointance, à part un mouton, plus de comptes à rendre à personne, mais je vous soutiens de tout mon coeur, c'est pas grand chose mais c'est toujours ça!

J'ai la nette impression, les ayant écoutés dans les colloques, que les experts vétérinaires de l'ULg ont largement anticipé des crises, leurs dossiers bien étoffés me semblent très vite disponibles, mais puis-je me permettre d'en juger?

Quelqu'un peut-il m'expliquer comment le fait d'abattre 4.000 porcs (désormais 6.000), sains actuellement, va empêcher la propagation d'un virus annoncé avec une résistance de plus de deux ans même hors hôte potentiel?
Les "grandes manoeuvres", ce n'est pas comme à l'armée, ne seront-elles pas pire pour la propagation que leur survie!


Je ne savais pas que l'AFSCA pouvait rédiger (Ah, les Wallons!) même ne fusse qu'un projet d'arrêté ministériel? Si mon service a été consulté dans certaines problématiques au titre d'expert, il ne rédigeait pas l'arrêté mais le relisait!
De plus, encore le "vent" venu du Nord, Wallons, réveillez-vous : croyez -vous à l'objectivité en Flandre de cet arrêté face à un secteur clé de nos élevages? Va falloir un bon correcteur, au vu des explications bredouillées dans les débats publics!

Attention pour l'appellation d'origine contrôlée de notre Jambon d'Ardenne, saucisson, pâté gaumais!
#65
   
En marge de la peste porcine!

A Monsieur le Ministre R. Collin!

Je me permets de vous interpeller ici vu que vos services ne répondent jamais à un courrier "alerte" (Nassonia I par exemple de ma part!)
Lors du premier projet Nassonia, vous avez tenté d'isoler la DNF de ses prérogatives en ces lieux, heureusement quelques esprits éclairés s'y sont opposés!
Maintenant, vous sollicitez les services de la DNF face à cette nouvelle crise.
Suspicion d'importation des sangliers ou de cervidés, (peut-être rumeurs de riverains ou de petits chasseurs, mais qui aurait intérêt à propager de tels propos éventuellement faux?). Ces sangliers importés, vecteurs potentiels, par camion entier des Pays de l'Est: même que certains ont versé sur les autoroutes (? en Allemagne, à vérifier) et que les sangliers se sauvaient, lu dans la presse voici quelques années!

De nouveau, des vigilants ont dénoncé à maintes reprises le risque potentiel de contagion par la faune sauvage (J. D., Sillon belge, 13/07/2018-Exposés LICOPPE, LINDEN) pour nos élevages et notre gibier, et pourtant, certains cloîtrent des femelles reproductrices dans des "remises" avant les battues, en espérant restaurer ensuite la densité de leur chasse!

Quand on invite en nombre, faut honorer son rang et offrir des pièces en abondance, même au détriment de l'équilibre Gibier/forêt!

Aussi, l'importation de la viande de porc ou des porcs vivants, à bas coûts, en provenance des pays de l'Est au détriment de nos producteurs locaux et des risques sanitaires, je sais, vous allez répondre: mais il y a l'Europe et ses contraintes! Pas de discours durant les crises, écouter vos experts, la DNF, les services vétérinaires ULg avant!

Je viens d'écouter Mr Wasterlain, un beau programme pour protéger nos élevages porcins, bon courage pour la mise en place et régir l'exportation! Aie, pour nos porcs de plein air PQA!

Interdire la chasse, même sur des superficies limitées pour la dispersion, les impatients trépignent, voilà qui ne va pas faciliter la régulation à moins que l'épidémie ne s'en charge ? Comment faire du repérage des bêtes fragilisées ou mortes sans déranger les autres sangliers ? Les chasses vénales auront de nouveaux invités, rentabilité assurée, va falloir revoir les quotas!

Demander l'aide des chasseurs pour repérer les carcasses ou les animaux suspects, gare aux godasses!

Le code forestier strictement appliqué, c'est bien connu, les sangliers  ne circulent pas dans les chemins: pour ceux qui n'auraient pas compris, les risques de contamination via les chaussures, les restes de nourriture, les chiens sont bien présents aussi sur les chemins ainsi que la potentialité des dérangements mais le tourisme. et les élections proches...! Enfin, ils ont "saisi", interdiction totale de travaux forestiers et de circulation sur la zone concernée!

Hier, encore confirmation de mes observations en terrain vu en TV, RTBF, La Une : Interdire le nourrissage!
Je me suis renseignée récemment à ce sujet, seul le nourrissage dissuasif vis à vis des cultures et à bonne distance de celles-ci et le nourrissage de disette étaient autorisés!
Agrainer au semoir est interdit et doit être circonscrit sur des aires limités, avez-vous hier vu l'épandage comme il se pratique, j'ai pris conscience depuis un certain temps du fait qu'entre les règles et leur application en matière de chasse, c'est très "élastique" ou aisément adapté au gré de chacun!
En balance, le nourrissage permet de rassembler les sangliers en vue d'un bilansanté mais augmente la contagion, les choix sont difficiles!

Incohérence

Limiter la circulation, mais la presse appelle à aller écouter le brame!
Sur les aires d'écoute, sans doute, pas de risques de contamination !
Ah, ce sacro-saint tourisme....

Rappel,

Il fut un temps où, lors des battues, il y avait un "piqueur". Le rôle de celui-ci était de distinguer la femelle "dominante" pour éviter qu'on ne la tue. Comme pour les renards, lorsque la femelle dominante faisait des petits, les autres femelles du coin n'en faisaient pas ou prou.
Tuer la femelle dominante équivalait à "permettre" à toutes les femelles d'en faire, d'où pléthore de marcassins.

Je ne suis ni chasseresse ni propriétaire de bois.

Merci à vous Mme pour ce rappel, je ne parviens plus à retrouver votre message ni votre nom, en ligne, pardonnez-moi : forum du Soir!

Ce mécanisme de blocage, je savais pour le loup et les cervidés limitant ainsi la reproduction des jeunes femelles!

De mes souvenirs, soit le stimuli visuel ou forte présence de phéromones sexuelles plutôt en milieu fermé peut engendrer ce mécanisme de blocage; pour le sanglier, je ne sais pas.

Le sanglier régule pourtant son ovulation lors des disettes.

Et encore, Selon Monsieur le Ministre:  Après les tartines d'un chaufeur, voici ses chaussures ou... les bottes d'un chasseur...

Moi, je crois plutôt à quelques quadrupèdes polonais déposés de nuit, subrepticement, en ce lieu forestier comme future chair à canon (de fusil).  Merci José Delhove - forum du Soir.

Ce 17.09, 9 chances sur dix que c'est le transport qui soit responsable de la contamination.....celui des camions de sangliers importés ?

« Pour l'instant, nous n'avons aucune information relative à des importations de sangliers chez nous » – une piste plusieurs fois évoquée –, a-t-il poursuivi. (R.Collin-Soir, 17/09) et le Soir du 18.09 :Peste porcine africaine: il faudra encore plusieurs jours pour savoir d'où viennent les sangliers infectés, .......la génétique bien sûr!

Et pourtant ceci : même si les mots sont choisis avec prudence!

Plan stratégique de réduction des populations de grands gibier en Wallonie, Carlo di ANTONIO, Nature Ethique- Fondation St-Hubert N° 261-2012, Projets de recherches à encourager : L'identification d'éventuels lâchers par des études génétiques.

Tiens, le virus est de la même souche que celui de l'Est mais certains n'hésitent pas à dire, ce n'est pas prouvé que nos sangliers ont été infectés par l'Est,.....le Saint-esprit ?

J.-F. de Le COURT,en 2012 Colloque de la Fondation ST-Hubert (2012) parle lui aussi de l'importation de  gibier dans le cadre de la régulation des ongulés sauvages.

A propos des lâchers d'animaux pour la chasse (LRBPO).

Le lâcher dans la nature d'animaux, importés ou non, issus de l'élevage, crée des pollutions génétiques (le patrimoine génétique est adapté aux conditions locales et varie, pour une même espèce, suivant les zones géographiques) et introduit dans la nature des maladies, ce qui conduit à l'élimination des souches sauvages qui sont les seules à garantir l'avenir des espèces. Les animaux relâchés sont parfois des hybrides qui participent eux aussi à la banalisation de la faune. Ces lâchers concernent diverses espèces, comme indiqué ci-avant, et diluent la biodiversité génétique locale.

ou encore:

Dérive, la chasse à gros moyens financiers, ne favorise pas le chasseur local et n'hésite même pas à introduire dans la nature des espèces non-indigènes (daim, mouflon, sanglochon, perdrix rouge, faisan doré ou vénéré, etc.) ou des souches étrangères d'espèces indigènes (cerf de Hongrie, lièvres de Pologne, .....!

Ne pas perdre de vue l'importation de viande en provenance de l'est, notamment les saucissons crus appréciés en pique-nique et peut-être en casse-croûte des chasseurs?

Attention aux lieux de l'éviscération du gibier!

Et vlà les français qui ont aussi des bêtes mortes mais cela ne peut se savoir (Forum Soir, 17/09) .....alors là pour la concertation ?

Les sangliers étrangers seraient plus beaux et plus gros.
Des sangliers infectés par la peste porcine importés des pays de l'Est par des chasseurs: l'hypothèse est plausible. Sudinfo.be, 19/09 : ....chuuut!

Guy Maréchal, président du Conseil cynégétique de Gaume et administrateur du RSHCB (ouille!), demande de retrait ce 24/09!

J.-M. Giffroy, expert scientifique du RSHCB, je vous ai entendu en 2011, Colloque de la fondation Saint-Hubert, La position du chasseur, droits et devoirs de gestion; j'ai relu votre exposé et notamment le paragraphe sur la problématique du sanglier. Benoît PETIT, président du RSHCB. Je ne comprends pas comment avec un tel entourage, G.M. suspect d'importation de sangliers, n'a pas été au courant des risques encourus par le gibier et les élevages?

Des faits, analyse ADN pour déterminer les souches d'origine des sangliers malades ou non SVP, c'était déjà une proposition de recherche du Ministre Carlo di Antonio, Nature Ethique, 2012!

Dans les médias

Peste Porcine Africaine (RTBF : 19/09/18) : "La faute aux chasseurs ?" Camille TOUSSAINT
Annonce sur site RHSCB

Attention, les conditions d'enlèvements des carcasses et leur transport vers les centres d'analyse présentent des risques, certains se demandent si ce ne serait pas mieux que le vétérinaire se déplace puis que l'on détruise par le feu (mais en ces temps de sécheresse?) la carcasse sur place après prélèvement?

Camille
#66
Les bourdons attirés par les néonicotinoïdes

Cultures | Publié le 29/08/2018 à 11:12 Sillon belge édition digitale
 
Les bourdons prennent goût à la nourriture contenant des pesticides néonicotinoïdes, selon une étude, qui montre que ces substances peuvent ainsi être plus nocives pour les pollinisateurs qu'on ne le pensait. D'après ces recherches, publiées mercredi dans la revue Proceedings of the Royal Society B, les insectes sont d'abord repoussés par l'eau sucrée contenant des néonicotinoïdes, puis se mettent peu à peu à la préférer à l'eau non traitée.

Addiction?

Plus nocives ou moins nocives? Les moyens d'investigation me laissent sceptiques!

Mettre un émetteur sur une abeille puis dire qu'elle ne retrouve pas sa ruche......au vu de l'état de ma tête rien qu'après usage prolongé d'un GSM.....je me pose des questions!

Camille
#67
Des cas de nausées, vomissements, diarrhées, suivis de chute de cheveux par poignée viennent d'être constatés!

On ne peut manger des courges ornementales (coloquintes et voisines), celles-ci sont riches en Cucurbitacine, alcaloÏde toxique. Passionnanté-le Soir-18/07/2018

Les abeilles butinent indifféremment les deux groupes, elles peuvent donc polliniser par croisement les courges comestibles (potirons, potimarron, courge spaghetti, butternut....

Sans importance l'année de cette pollinisation mais gare si vous produisez vos graines vous-mêmes!

L'année suivant cette pollinisation, le produit de vos semis peut être conforme d'aspect aux courges comestibles mais contenir des cucurbitacines toxiques.

Test : mordre dans un petit morceau puis recracher, si goût amer, jetez la courge et détruisez le plant!


Camille

#68
Naturalistes en plaine, expérience sur le vif

   Remarquez, je ne suis pas entrée dans les peupleraies ni friches lors de cet inventaire floristique, car je savais le danger d'écraser les couvées !

Mes confrères et consoeurs ont été très surpris :  proprios, gardes, agriculteurs voisins....nous ont surveillés sans relâche et c'est peu dire, à peine courtois, pourtant ces botanistes (Association Etudes floristiques) réalisaient l'inventaire des plantes dans le cadre du DEMNA (Département d'Etude du Milieu naturel et agricole) pour la SPW (Service publique de Wallonie).
Mais j'ai appris tout récemment que nous étions sur les terres du vice-président du Royal St-Hubert Club de Belgique Bertrand de Liedekerke,  Ferme d'Oudoumont, qui abrite chaque année le Hunting de Verlaine (Journées de la chasse).

Les visites en forêt, lors des mises-bas devraient être regmémentées!
#69
Natagora lance un appel, ne pas confondre guêpe et abeille, surtout avec les pièges non sélectifs vendus partout, c'est une catastrophe pour plusieurs familles d'insectes!
Bravo pour ce rappel!

En pique-Nique, mettre en début de saison un plateau à quelques mètres avec des restes de viande, charcuterie, poissons jusqu'à début août, ensuite ajouter quelques fruits mûrs!

Mettre les plateaux hors de portée des enfants ou des animaux domestiques!

Bon été!
Camille

#70
Abeille / Abeille domestique et pdt
12 Juillet 2018 à 10:17:44
LE Sillon belge WEB signale des risques pour les pulvérisations sur pdt car les abeilles seraient tentées de les butiner faute d'autres plantes disponibles à cause de la sécheresse.

Et de tous les mauvais gestionnaires des communes qui fauchent tout en pleine floraison actuellement-voir le plateau d'Oleye et Heers!

Personnellement , j'attends toujours de voir une abeille domestique sur pdt, les Solanacées ne les inspirent pas, jamais vue sur tomates en plein air non plus d'ailleurs!

De lointaine lecture, je me rappelle que l'alcaloïde Lycopersine les rebuterait......à confirmer!

Camille
#71
LE Sillon belge WEB signale des risques pour les pulvérisations sur pdt car les abeilles seraient tentées de les butiner faute d'autres plantes disponibles à cause de la sécheresse.

Et de tous les mauvais gestionnaires des communes qui fauchent tout en pleine floraison actuellement-voir le plateau d'Oleye et Heers!

Personnellement , j'attends toujours de voir une abeille domestique sur pdt, les Solanacées ne les inspirent pas, jamais vue sur tomates en plein air non plus d'ailleurs!

De lointaine lecture, je me rappelle que l'alcaloïde Lycopersine les rebuterait......à confirmer!

Camille
#72
Hamster à Oleye! / Hélas!
20 Juin 2018 à 22:55:18
Plus jamais revu depuis,ni en ce mois de juin 2018, alors qu'il est encore signalé en Flandre!
Les mesures n'ont pas été prise malgré mes recommandations pour assurer la protection des terriers repérés en tournière!

Camille
#73
Nassonia / ST-Michel-Freyr
17 Juin 2018 à 12:38:14
Second Projet, St-Michel-Freyr,c'est parti!

Premier projet à Nassogne, de longs échanges avec Eric DOMB, ma méfiance vis à vis de Marc COUCKE.
Je préfère voir les chasseurs et la DNF gérer de telles entités, DNF qui a failli y perdre ses prérogatives.
J'ajouterai que gérer un parc animalier et assiumer la problématique des synergies d'une forêt, cela requiert d'autres qualités.
De plus,  la plupart des scientifiques chargés de ces projets, les voient sous l'angle de leur spécialité, rarement comme nos ingénieur(e)s Eaux et Forêts d'autrefois, selon une vision globale!
Les autorités locales n'y voient que des intérêts économiques, les autorités régionales une "grande vitrine" de leur message politique.
Tapage incompréhensible aux yeux du grand public sur la Chasse éthique.

Camille
#74
SB, 12/06/21015

Petite faune!

La petite faune serait menacée par les pratiques culturales, les pesticides, la chasse, les prédateurs ou les mordants, les rapaces... Ce n'est pas si simple, les propos méritent d'être nuancés !
Dans le Site de grand intérêt biologique (SBIG) du plateau d'Oleye et environs, l'animal qui m'inquiète le plus, c'est le chien non tenu en laisse, sous contrôle ou non de son maître. Le chien court partout, perturbant surtout en cette saison, la reproduction en cours.
Il disperse les chevreuils prêts à mettre bas, éparpille les levrauts à peine éloignés du gîte, inquiète les lapins dans leur terrier. Il «découve» faisans, perdrix, rares cailles.
Hormis ce gibier, n'oublions pas qu'il existe aussi les oiseaux nicheurs au sol : busards, alouettes, vanneaux, bruants, bergeronnette printanière, pipits, traquets,  et parfois la bécasse des bois dans les bois reliques de Hesbaye. Reptiles ou batraciens, hérissons en sont parfois les victimes et aussi des rongeurs ou des mordants  menacés.
La propriété privée, le maintien sur les chemins de remembrement, la tenue en laisse, des règles rarement respectées !
Lorsque j'explique cela aux passants, ils « tombent des nues », ils n'ont jamais pensé à cela. La plupart réagisse favorablement. Mais la phrase suivante survient souvent : les agriculteurs sont les vrais pollueurs. Mais alors, moi, je réplique : «  autant limiter les dégâts... ou vous mangez des pommes véreuses ou tachées ? » Alors, c'est le silence confus !
Pour se venger de l'agriculture polluante (sic), on abandonne ses poubelles en bordure des champs, même avec du verre cassé, on les brûle au pied des arbustes ou des talus.  Bravo pour nos animaux domestiques ou sauvages.

Une petite anecdote pour détendre : je croise dans une « Réserve naturelle », un maître genre macho à la barbe taillée « au crayon », accompagné d'un mastiff. Moi qui caresse n'importe quel cabot, je me méfie (surtout à la vue du du maître). Soudain, le chien se lève sur les pattes postérieures, il me lèche la main et sollicite des caresses. Le maître lui dit alors : « Qu'est-ce qu'il t'arrive ? »
Je m'éloigne en sens inverse et j'entends alors : « Qu'est-ce qu'il te prend ?». Le chien s'est assis et ne veut plus bouger. Dès que la laisse se détend, il avance vers moi qui m'éloigne.
Si vous me croyez « anti-canin », c'est « râpé » !
Camille
#75
Chasse/Nature/Biodiversité / Chasse-photo
11 Juin 2018 à 15:32:48
Réalité!

Parmi mes connaissances "anti-chasse" qui ne comprennent pas la nécessité de la régulation pour une meilleure cohabitation Homme/animal :

Elles me disent, pourquoi ne pas photographier les animaux plutôt que les tuer?

Jusqu'au jour où dans un beau quartier résidentiel près d'une jolie promenade longeant un grand bois (Profondeville), le réveil les ramène à la réalité :

Un chevreuil a brouté vignes, ronces, framboisiers et clématites et quelques légumes du potager, un sanglier a labouré le pelouse à la recherche de vers de terre ou avalé tous les tubercules de dahlias ou les bulbes de bégonias, déterré les carottes, la clôture en ayant pris un sale coup.

Chasse-photo

Elle n'est pas sans risques :

Au bord d'un étang, milieu fragile, la végétation des rives se voit piétinée, les jeunes batraciens à peine sorti de l'eau au printemps ou les jeunes couleuvres aussi.
Partout, jachères, friches, champs ou bordures, gare aux couvées ou nichées éparpillées, rapidement repérées par les prédateurs!

Dérangements des jeunes cervidés, s'il sont caressés et l'odeur de l'humain perçue, la mère peut les abandonner.

Les cervidés dérangés peuvent s'encourir vers les voies de circulation à grand trafic notamment aux bords des voies rapides ou des voies de chemin de fer.

Voilà des raisons qui me font craindre l'accès plus ouvert à la forêt du Ministre R.Collin!

Autre souci!

Lorsqu'un animal rare est aperçu et que les photos mentionnent où on peut le rencontrer, c'est "la ruée" oserais-je dire la "curée".
Heureusement les sites de photo comme observations/natuurpunt.be ne mentionnent plus ces données limitant le risque de destruction volontaire ou de piégeage pour des espèces protégées.

Autre exemple, un oiseau rarissime est de passage, s'il est décelé, bientôt 50 télé-objectifs le guettent au bord d'un site ou d'un jardin.
Ce besoin d'un scoop, de sensationnel, pour des naturalistes, je ne trouve pas cette démarche saine.
Si vous avez envie d'une photo pour vos références, arrangez-vous avec d'autres désignés à cet effet et de confiance pour l'avoir en prêt.

Curieusement, pour certains, la chasse-photo a un relent discret de prédation!

Camille