Bienvenue sur le forum de Camille Thirion
24 Mars 2019 à 08:51:12 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Nouveau forum CTHIRION installé !
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Nassonia : espoir ou utopie  (Lu 1380 fois)
admin
Administrateur
Membre Héroïque
*****
Messages: 801


Voir le profil
« le: 12 Novembre 2016 à 14:02:36 »

Version origiinale pour publication au Sillon belge!

Nassonia, espoir ou utopie ?

   Originale cette idée de Forêt naturelle, Eric Domb s’en sort pas mal à Pairy Daiza mais derrière lui plane l’ombre de Marc Coucke qui ne perd jamais de vue l’aspect commercial!

Inquiétudes

   Lorsque je relis le résumé du Sillon belge (15/07/2016) sur ce projet et la présentation plus détaillée du SOIR (12/07/2016), je m’inquiète!

Comment va-t-on concilier la gestion d’un tel projet privé, plus de 1500 ha avec une gestion publique, la DNF ?

La DNF est un service public, s’il est chargé de la gestion, comment pourra-t-il agir ? Il n’est pas de tradition que la transparence soit de rigueur : la première règle dans les Services publics : on ne peut laisser apparaître son point de vue en dehors du Service ou de l’Administration dont on dépend!

Ainsi dans les présentations de la presse, il n’est jamais fait mention du point de vue de la DNF, or je connais pas mal de ces fonctionnaires qui ont des choses intéressantes à proposer en vertu de leur expérience de terrain. De plus, les sources de friction parmi les divers usages de la forêt, ils les côtoient chaque jour.

Les scientifiques qui défendent le projet, je les connais quasi tous, très compétents chacun dans leur domaine, auront-il une vision globale à proposer ou sera-t-elle un assemblage des pièces d’un puzzle !

Quel risque d’être sous influence de l’un ou l’autre lobby pour ces scientifiques, le milieu de la chasse, l’industrie du bois, des aménageurs?

Je souhaite voir impliquer des experts forestiers même en retraite, qui ne seront plus impliqués par des intérêts de carrière mais qui ont une vision globale des fonctions de la forêt.
J’ai relu la vision de J. Rondeux sur la mise en valeur du Domaine du Sart Tilman, je le traverse souvent, le changement est évident depuis qu’il a pris en charge ce domaine.
Influence des ASBL

   Je voudrais  développer ici mon ressenti face aux vues des ASBL  dans la gestion des forêts !
Comment se fait-il si on ait si mal géré et que l’on dispose d’autant d’ha à placer en Natura 2000 ?


Pourquoi  les critiques sur les coupes à blanc, j’ai écrit là-dessus ma vision  (disponible en pdf sur demande) et j’ai découvert  au fil du temps  l’importance de celles-ci pour la biodiversité.
Bien réparties dans le temps et l’espace, ce sont des éléments essentiels des réseaux écologiques !

Supprimer les conifères, ma vision est aussi disponible en pdf, un cortège  d’espèces leurs sont aussi inféodé au fil de leur croissance.

Je connais une forêt exploitée sur les hauteurs de la vallée de l’Ourthe (Rendeux, Grimbiémont,…), avec une biodiversité remarquable, les déchets d’éclaircie ou des taillis y sont conservés ainsi que le bois mort : plantes champignons, oiseaux, insectes, batraciens, reptiles, …. y trouvent leur content.

Supprimer la chasse : comment faire de la régénération spontanée, des essais sur des essences mieux adaptées au changement climatique, tenir bruyères ou myrtilles ?

Toutes ces  suggestions, c’est du  « populisme », pour caresser les adhérents des ASBL dans le « sens du poil » !

Exemples à méditer

Projet Life « Damier de la succise » à Melreux :  des travaux de Génie civil lourds et coûteux (plusieurs millions de FB) alors que dans une simple coupe à blanc voisine laissée en jachère, les succises qui affectionnent les sols tassés y poussent en grand nombre sans intervention et sans frais.
Entretemps, les milieux qui abritaient de rares carabes liés aux pins et sapins ont été massacrés par les machines sans parler des plantes nourricières des papillons diurnes de pas mal d’espèces.

Projet Life cerf  à Mochamps, je connaissais ce site fabuleux depuis des années, des insectes intéressants à foison, du gibier visible à toutes heures !
Le Projet Life cerf  arrive et le tourisme aussi, le gibier s’enfuit en forêt, les insectes reculent, les fourmis du groupe rufa, les cétoines aussi, les libellules rares des bords de la Masblette avant sous couvert sont à découvert et s’en vont ailleurs !

Des carrés clôturés, broutés par des moutons bientôt victimes de la Maladie de la Langue bleue, un vrai  « potager », damier jaune, brun, vert, adieu les gracieuses molinies où se cachaient les faons à l’abri des regards!

Si c’est cela que l’on nous prévoit à Nassonia (Mochamps semble le voisiner si pas être y être inclus), je dis non à ce projet !
La forêt n’est pas un parc public ou un potager !

Tourisme « doux »

   Celui qui hurle en bandes éméchées dans les sentiers, celui qui jette ses canettes partout, qui traverse Mochamps en pétaradant, ne mélangeons pas !
Celui qui après avoir écouté et repéré les cerfs en brame vient leur trancher la tête pour les trophées ou pour ravitailler les restaurants.

Faisons de Nassonia d’abord une expérience à suivre : 99 ans, c’est long, attendons avant d’y mêler le tourisme !


Terrible pour moi, un demi siècle d’observations me fait pressentir les pièges et hélas, ces pressentiments se vérifient très souvent!


Camille THIRION


Version "douce" avec photos publiée dans le Sillon belge du 04.XI.2016, pdf disponible sur demande!

















Journalisée
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.13 | SMF © 2006-2008, Simple Machines LLC XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !