Bienvenue sur le forum de Camille Thirion
24 Mars 2019 à 08:15:09 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Nouveau forum CTHIRION installé !
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: CSWCN : L’entomologie, un aspect particulier des débats!  (Lu 1712 fois)
admin
Administrateur
Membre Héroïque
*****
Messages: 801


Voir le profil
« le: 21 Septembre 2015 à 22:55:43 »

N.B. : Commentaires constructifs à camille.thirion@cthirion.eu


Comment se fait-il que cette discipline qui mobilise les médias, chercheurs, n’ait qu’un représentant au sein du CSWCN, plus de 20.000 sp. d'insectes sont concernées?
Elles constituent des éléments d’études dans maintes disciplines essentielles.
D’autres membres sensibles à l’entomologie, n’en connaissent pas les exigences….ce sont toujours des « groupes étendards » qui les intéressent : longicornes, Odonates, Papillons, Orthoptères, carabes… groupes qui sont identifiables en photo, voir aux jumelles tout comme en ornithologie : pour eux, la photo ou l’observation suffisent!

Un exemple concret, les demandes de dérogations  des entomologistes pour les inventaires :
17 pages de questionnaire, questionnaire dérivé de l’esprit ornitho et pas du tout réaliste en entomologie !
 
Pourtant, nous avions proposé une base de travail :

 Procès verbal de la réunion du 10/12/2009.

O_r_d_r_e_ _d_u_ _j_o_u_r_ _:_ _i_n_v_e_n_t_a_i_r_e_s_ _s_c_i_e_n_t_i_f_i_q_u_e_s_ _e_n_ _r_ég_i_o_n_ _w_a_l_l_o_n_n_e_ _
Personnes présentes :
Monsieur l’Inspecteur Général du D.N.F., Ir Philippe Blérot
Madame Catherine Hallet du D.N.F., Direction de la Nature.
Madame Sandrine Liégeois du D.N.F., Direction de la Nature.
Monsieur Jean Fagot, membre du C.S.W.C.N.
Monsieur Philippe Goffart, spécialiste des programmes Odonates/Papillons.
Monsieur Guy Boosten, Président de l’a.s.b.l. CHOC Nature & coll. scientifique à l’IRScNB.
Monsieur B. Moucheron, rapporteur scientifique CHOC Nature et coll. scientifique à l’IRScNB.
(Dossier en collaboration avec les spécialistes en entomologie et biodiversité Camille Thirion et Jean-Luc Renneson).

Peu de ces suggestions ont été retenues dans les propositions sur les inventaires.

Un ensemble cohérent de l’analyse des difficultés était aussi un précieux outil de réflexion :

 
 L_ég_i_s_l_a_t_i_o_n_ _et_ _e_x_e_r_c_i_c_e _ _de_ _l’e_n_t_o_m_o_l_o_g_i_e_ _
en_ _R_ég_i_o_n_ _w_a_l_l_o_n_n_e_ _

p_a_r_ _J_e_a_n_ _F_A_G_O_T_*_ _&_ _M_i_c_h_e_l_ _D_E_T_H_I_E_R_*_*_ _

Notes fauniques de Gembloux,_ _n_°4_1_ _(_2_0_0_0_)_ _:_ _6_1_-_6_8_ _

 
Inapplicable sur le terrain, on em…la DNF en s’annonçant sur « leurs terres » sans parler de l’adéquation aux conditions météo ou aux dates du travail de ces dérogations.
Ces bases de travail sont demeurées « lettre morte » !
Aucune protection n’en dérive efficacement pour les milieux, pour les entomologistes sérieux…les autres échappent « aux filets » comme autrefois !

Paradoxe : Ainsi, quelqu’un qui a déposé un cahier de classement pour un site, ou qui le gère doit aussi remplir ce questionnaire pour assurer un suivi de ce site sous peine de se voir interdit d'accès!
Comment faire un travail suivi dans le cadre d’un projet de recherche, des mois pour avoir la réponse à cette dérogation ou recevoir une autorisation  de capture (IRSNB) pour ces 40 collaborateurs, autorisation qui passe par les « même fourches caudines » que la dérogation, les deux sont délivrées par le CSWCN et n'offrent pas nécessairement les mêmes possibilités d'inventaires ni le climat de pacification souhaité?


Combien  de personnes ont la capacité de poser un tel jugement sur ces autorisations, souvent sans appel ? Quels sont les recours possibles ?

Savez-vous que la circulation hors des voiries rurales pour inventorier est réglementée (voir l’article spécifique sur autorisations et dérogations)?
Pour le contrôle par des agents assermentés, qui est capable de détecter les espèces protégées parmi des captures?


Exemples de dérive à peine caricaturaux!

Un lucane démantibulé trouvé mort sur un terrain de tennis doit faire l’objet d’une demande en vue de l’intégration dans une boîte en tant qu’objet disponible ultérieurement pour d’autres approches (sous-espèces).

Des « Journées 1000 observations » avec plusieurs dizaines de visiteurs durant un W-E, voyez le massacre au sol !

Les identificateurs Demna, Natura 2000, j’en connais de très « pointus » comment peuvent-ils mener des inventaires  « généralistes » sinon  à s’en tenir à des groupes « étendards »….Voilà un organisme à étoffer, même de l’extérieur, ne fût-ce que pour tenir les suivis à jour en Réserves naturelles et Natura 2000! Comment assurer une validation des données enregistrées sans collection, une observation n’équivaut pas une donnée de collection !

Banques de données

Comment ne parvenons-nous pas à obtenir une banque de données centralisatrice, avec des experts reconnus dotés de moyens propres ?

Je continue à aider les observateurs de Observations.be ou Natuurpunt.be, faute des contacts qui fleurissaient autrefois dans le monde de l’entomologie.
L’ornitho est très efficace,bénéficiant d'une longue tradition dans les approches, les autres groupes zoologiques ou botaniques croulent plus ou moins sous les erreurs de détermination, on en tire des cartes de répartition, des estimations de l’évolution ou des mouvements de notre faune/flore….et cela influence les mesures de protection des sp. ou des milieux. On a beau me dire "atlas ou encodage provisoires", ce propos ne me rassure pas!

Subsidiés ou agrées, peu de datas offrent des garanties sur  la qualité des données et leur utilisation ! Quand sera mentionnée clairement la source des informations : l’auteur, champ, photo, collection, littérature comme autrefois sur le DFF de P. Rasmont et Y. Barbier (Gx/U.MONS)?

Les groupes approfondis autres que les « groupes étendards » sont trop limités  alors que des experts externes sont disponibles et mobilisables sur d'autres groupes.
Fauna europaea est truffée d'erreurs, de mises à jour en retard de plusieurs années, le GBIF aussi, sans parler du site WEB de l'IRSNB concernant les espèces de B.

Les données de Saproxylic et d'autres sources ne semblent pas concorder!
Chacun se considère comme "indicatif" sans revendiquer d'être complet ou parfois valide!

Les données de Gx confiées à l'IRSNB pour l'édification d'un Atlas national des Cerambycidae sont irrécupérables!
Celui des Carabidae, nous n'avons pas même revu les spécimens étiquetés, tout cela, c'est du vécu de très près!

Un exemple : les scolytes, d’une importance capitale, dans l’évolution liée au changement climatique de nos forêts, quelles sont les essences mal en point à cause des scolytes, que peut-on introduire comme espèces nouvelles en limitant les risques d’infestation ?
La synthèse des connaissances sur les scolytes n’existe pas, voilà bien un outil à "booster"!

Ce qui est disponible par exemple sur la synthèse des espèces de papillons diurnes est très sommaire ou peu lisible dans ses conséquences en matière de protection!

Notez que près de 500 sites gérés par la DNF sont inventoriables seulement avec une autorisation du CSWCN et comment vérifier la validité des données, pas de collection de référence et souvent les inventaires sont limités aux espèces  des groupes étendards?

Formation

Nous n’arrivons pas à créer des formations entomologiques avec une base commune minimale, éventuellement adaptée à des tranches d’âge.
La  formation devrait aussi reposer sur des critères de sélection des formateurs, quitte à intégrer des spécialités pointues : communication, vulgarisation de qualité, sensibilisation, techniques photo, éthique ! Un guide nature n’a pas toujours conscience de l’importance de « la pensée unique » dans ses approches.

J’ai reçu des demandes après une formation : Où s’adresser pour un perfectionnement?
Les formations payantes ou subsidiées n’offrent pas nécessairement plus de garanties quant à la « pensée unique » et ses risques !

J’ai simplement voulu soulever des pistes de réflexion, soit à réorienter soit à mettre « sur le tapis »,  pour y chercher des solutions concrètes!

J’ai connu les approches de deux époques en entomologie, et si je peux les comparer, je n’ai pas du tout l’impression  d’une meilleure connaissance de notre faune malgré les moyens disponibles actuellement!

Camille THIRION

Bientôt "dinosaure" ou survivante des combats menés aux côtés de mes pères spirituels!
« Dernière édition: 25 Septembre 2015 à 21:20:12 par admin » Journalisée
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.13 | SMF © 2006-2008, Simple Machines LLC XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !