Bienvenue sur le forum de Camille Thirion
21 Septembre 2017 à 06:12:06 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Nouveau forum CTHIRION installé !
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Santé des abeilles  (Lu 932 fois)
admin
Administrateur
Membre Héroïque
*****
Messages: 710


Voir le profil
« le: 14 Septembre 2016 à 20:32:56 »

Autres approches!Sillon Belge 9/09/2016

   Dans un  article concernant les projets de l’AFSCA (Sillon belge, 17/06/2016), je fus interpellée par le mot « arbitraire ».
Ce mot qualifiait la sélection des apiculteurs volontaires dans le cadre d’une surveillance  des ruches.
Le précédent échantillonnage « Epilobée » projet européen, fut apprécié par les  apiculteurs .

Choix arbitraire des apiculteurs volontaires visités, je suis donc allée voir au dictionnaire, me demandant si j’avais bien compris le sens du mot arbitraire : « choix qui dépend de la seule volonté au détriment de la raison » !

Non, je ne  cherche pas à   jouer sur les mots !

Si j’insiste, c’est que de colloques en écrits, je vois toujours ressasser les mêmes causes multifactorielles du dépérissement et les mêmes remèdes.

Je voudrais voir aborder autrement cette crise. De plus en plus de témoignages d’autres approches m‘inspirent  ceci : au lieu de s’arrêter sur les  situations critiques, pourquoi ne pas s’attarder sur ce qui va bien, comment travaillent les apiculteurs prospères ?

Ainsi, un verger, potager, rucher à l’abandon depuis le décès de leur propriétaire, l’héritier se décide à proposer la visite de ce rucher à un apiculteur.
Oh surprise, les colonies sont très prospères !

Chez moi, un essaim d’abeilles d’aspect gris clair, venu s’installer dans le pied d’un peuplier d’Italie de plus de trente mètres, afficha durant plusieurs  années une activité débordante.

De même, un autre (producteur de miel et éleveur de reines), cultivant des plantes ou essences à floraison tardive entourant son rucher, ne se plaint d’aucun inconvénient. Pourtant, il voisine une campagne d’agriculture et d’arboriculture intensives. Quid des pesticides dans ces trois exemples ?
Quelqu’un me suggérait que les abeilles et sans doute les bourdons sont dotés d’un processus de détoxification perfectionné.

De plus, la dispersion des moyens d’évaluation de la santé des abeilles ne me rassure pas, plusieurs centres  de recherche en Wallonie,  les thèmes de chacun peuvent toutefois se compléter.

Camille THIRION

Journalisée
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.13 | SMF © 2006-2008, Simple Machines LLC XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !