Bienvenue sur le forum de Camille Thirion
19 Juillet 2019 à 15:22:41 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Nouveau forum CTHIRION installé !
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Pépinières en Wallonie  (Lu 1321 fois)
admin
Administrateur
Membre Héroïque
*****
Messages: 809


Voir le profil
« le: 28 Octobre 2015 à 20:10:43 »

Pépinières en Wallonie SB 23/10.15

J’ai publié autrefois une page intitulée « Et si on achetait wallon….LESDAIN vivrait » SB, 2/09/11.     

Je viens de lire  «  SOS des producteurs d’arbres et ligneux » SB, 25/9, le propos me paraît cohérent !

Je vais tout de même vous raconter le cheminement actuel  de la graine à l’arbre! Désormais, la pépinière se rapproche de plus en plus du lieu définitif de plantation.

Je fais mes observations entre Remicourt et St-Trond en pleine zone de fruiticulture intensive et notamment de plus en plus de poirier/pommier sous filet anti-grêle.

Les agriculteurs louent des parcelles parfois de plusieurs ha à usage de « pépinières temporaires ». Immédiatement plantation de milliers de scions environ à 15 cm de distance, la première année, goutte à goutte, chaque scion est muni d’un tuteur, désherbage souvent par binage à la machine, soins phytosanitaires. Deuxième année, plusieurs camionnettes amènent les greffeurs, deux jours et c’est terminé.
Troisième année en automne, les scions sont déjà branchus avec plusieurs ramifications latérales.
La suite, accrochez-vous, c’est du vécu chez Danny & Steve NEVEN à Oleye !
Quatrième année, début mai, à cause des protestations contre les filets, on plante tardivement les plants tenus en frigo (dans ce cas précis : origine belge Flandre et partie Hollande, selon les variétés), environ 1m20 de haut, déjà des fleurs un mois plus tard mais qui seront sacrifiées ? En septembre de cette année, soit à peine une année et cinq mois après la plantation, première récolte, les arbres d’1m80 croulaient sous le poids des pommes, il a fallu éclaircir.

De nombreuses pulvérisations d’engrais, oligo-éléments par voie foliaire ont étoffé la charpente et les fruits, le goutte à goutte a comblé les déficits hydriques de l’été. La lutte intégrée est d’application contre divers déprédateurs et les seuils de tolérance aux insectes est constamment sous surveillance : araignée rouge, pucerons, carpocapse.
Première récolte espérée 15 T/ ha, aux dernières estimations, le bilan serait de 22 T/ha, pas mal ! Fascinant, que de chemin parcouru en un demi siècle !

Camille
Journalisée
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.13 | SMF © 2006-2008, Simple Machines LLC XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !