Bienvenue sur le forum de Camille Thirion
18 Novembre 2017 à 20:25:42 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Nouveau forum CTHIRION installé !
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: CSWCN : Fonctionnement!  (Lu 2553 fois)
admin
Administrateur
Membre Héroïque
*****
Messages: 711


Voir le profil
« le: 21 Septembre 2015 à 23:02:03 »

CSWCN : Conseil supérieur wallon de la Conservation de la Nature


Mise au point

Je ne suis pas intéressée d’y poser ma candidature, mon cœur n’y résisterait pas! Cette réflexion ne vise pas de personnes en particulier ni un système, ce n’est pas un pugilat, c’est une mise au jour de ressentis.
Je voudrais aussi pacifier ce climat tendu qui entoure les activités entomologiques!

Sources d'informations

J’ai écouté nombre d’acteurs de ces réunions, des qui ont quitté, ceux qui espèrent des changements donc une meilleure efficience. Parfois aussi les échos de ceux qui doivent mettre en pratique les avis.
Parfois aussi les confidences de ceux qui se démêlent avec les règles qu’ils soient contrôleurs ou contrôlés.

Recrutement

Très discrets, les appels à candidature, peu de publicité !
De source fiable : associations, milieux académiques ou d’autres conseils sont impliqués, ce qui signifie bien que des membres issus d’ailleurs ne sont pas concernés!
Me parler de proportions, de balance, milieux académiques, associations voir de quotas féminin/masculin me choque, les compétences sont disponibles partout !  N’oublions pas aussi la forte influence des objectifs du ministre en place ou de sa couleur politique, est-ce bien de mise pour des évaluations naturalistes à long terme ?
Lorsque je m’adresse à des  jeunes dynamiques, plein d’idées originales et qui savent « là ou le bât blesse », en les poussant à poser leur candidature, la réponse est souvent : « je n’ai aucune chance » ! La crainte de se voir catalogué pour ses options comme un obstacle à une carrière dans des organes de décision est sous-jacente ? » Dans les associations, souvent tremplin d’une carrière dans les organes de décision, on ne peut y transgresser la « pensée unique » qui y  a cours.

Autrefois, des entomologistes chevronnés étaient appelés aussi, expérience de terrain, esprit critique voir le détachement lié à l’âge c.à.d. une indépendance vis à vis du cheminement d’une carrière !


Critères de sélection

Ils me laissent parfois perplexe: un marchand d’articles de pêche ou de mobilier rivulaire peut-il voir au-delà de ses propres intérêts (Conseil de la pêche autrefois)?

Parmi les critères, doit-on choisir entre « un généraliste » avec une base dans plusieurs secteurs ou un expert spécialisé, ce n’est pas sans importance lors des avis ?


Lobbyings

Vu que je connais le parcours de la plupart des membres du CSWCN,  plusieurs membres dérivent d’associations où seule la reconnaissance des insectes par photo ou observation est de mise, les autres moyens étant dits du passé, d’autres formations en ont fait leur « pensée unique ». Cela fait une somme de choix prévisibles de la part des membres du CSWCN lors de la délivrance des dérogations ou du choix de la méthode dans les inventaires.
Ajoutons les avis « volants » non sensibles à cette problématique ou inexpérimentés parmi les difficultés de l’identification. Parmi les candidats, ne confondons pas militantisme et compétences, les deux pouvant être synonymes mais pas toujours. Nombre de militants sont imbibés des écrits publiés dans la presse même spécialisée ou issus de rares formations : « pensée unique » et ses risques, malgré une bonne foi évidente et un dévouement sans pareil, cela ne suffit pas au moment des choix sur un problème de fond en Belgique.

Comment peut-on adopter des règles nouvelles  face à un tel tableau ?

Fonctionnement

Certains membres sont las : trop de temps passé à l’octroi des dérogations ou des autorisations. Pourquoi ne pas confier ces missions à des commissions plus ciblées ?

Quasi un an écoulé entre le dernier recrutement et le premier conseil effectif, une part de temps perdue sur le mandat fixé.

Les experts externes sont peu consultés malgré des compétences pointues disponibles.
L’avis des agents par exemple de la DNF me paraît essentiel quant à l’application.
Les avis externes parfois sollicités par des contacts personnalisés, sont-ils utilisés ou même mentionnés dans les débats. Au vu du peu de transparence des débats, les détenteurs de proposition externe au sein de l'assemblée oseront-ils en faire part, révélant ainsi leurs contacts personnels?

Comment introduire une remarque, un ensemble de propositions ?
Existe-t-il un ordre du jour ?
Seules les dérogations sont accessibles au grand public.
L’extranet, inaccessible" au commun des mortels ", ne répond pas à une démarche démocratique ou simplement efficace !
Et tout le monde ne peut être membre du CSWCN et avoir accès aux CR.

Pourtant à la RW ou au fédéral la démocratie participative se met en place!

Concernant les avis, chacun des membres est-il compétent pour toutes les prises de décision?

La règle du fonctionnement semble un attachement au débat d’idées sur avis dominant, sans vote, soit, mais selon le meneur des échanges, on sait que même en justice (cours d’assises-jurés) cette approche est fortement remise en question !
Si des avis sont émis, ils sont rarement motivés et peu pris en considération au niveau de l’administration, je comprends le découragement des « ex » : de grosses pointures qui se sont investis pleinement.

Quelques thèmes ignorés


En revanche certains décrets n'ont connu aucun débat au sein du CSWCN :
l'arrêté destruction moutarde pour les agriculteurs et dont le résultat est le doublement des pulvérisations herbicides si pas le triplement.
Les moutardes sont détruites avant le gel par un herbicide systémique puis les parcelles sont retraitées un ou deux fois par un herbicide anti-germinatif a la fin de l'hiver ou au début de la culture, développement durable?
Publié sous la pression des apiculteurs au moment des élections; cependant sur le terrain, aucune abeille butinant les moutardes au moment de la destruction printanière des moutardes en fleur, les abeilles butinent les moutardes résiduelles de bordure fin mai/début juin!

Récemment les nouvelles dispositions en matière d'abattage entraînent de nombreux aléas sur la vie des forestiers!

On prône l’ouverture de la forêt, va-t-on y voir des chiens sans laisse, des enfants courant partout, du vélo-cross ?
Alors que l’on « cherche des puces » aux botanistes, victimes des mêmes tracasseries ou aux autres naturalistes, gros paradoxe!

La moule perlière est menacée : par les vaches qui pataugent dans les lits de rus....cela a toujours été le cas!
Par les castors...et autrefois?
Ce ne serait pas plutôt les écoulements clandestins encore nombreux en zone touristique ou agricole ou le changement climatique tout simplement à mettre en cause?

SGIB, Site de grand intérêt biologique, aucune mesure de protection! J'en connais une remarquable (Campagne d'Oleye) pourtant en zone de culture intensive : 15 jours en septembre de stand de tir avec de gros calibres sous une ligne de migration parmi les plus fréquentées (plus de 40.000 passes selon le site biodiversité-RW).
Et ce W-E (19-20 sept) un rallye de plusieurs dizaines de voitures dans les voiries de remembrement!

Voià bien des sujets préoccupants autres que des dérogations personnelles ou localiséesl


Un philosophe a écrit : la tendance naturelle d’un système quel qu’il soit est de ne pas être productif et que l'humain est le seul animal à avoir la prétention de vouloir y changer quelque chose !


Camille THIRION, modestement!

N.B. : Commentaires constructifs bienvenus à camille.thirion@cthirion.eu
« Dernière édition: 25 Septembre 2015 à 21:34:47 par admin » Journalisée
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.13 | SMF © 2006-2008, Simple Machines LLC XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !