Bienvenue sur le forum de Camille Thirion
18 Janvier 2019 à 02:23:13 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Nouveau forum CTHIRION installé !
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Souches et Ramilles!  (Lu 1697 fois)
admin
Administrateur
Membre Héroïque
*****
Messages: 792


Voir le profil
« le: 13 Septembre 2010 à 16:04:39 »

Souches et ramilles  SB 27.VIII .2010

 J. Poncelet nous parle de l’enlèvement des souches et ramilles en forêt (Sillon belge, 25/06).

Très détaillée, cette analyse m’a enthousiasmée.

J’ajouterai qu’après être passée sur des coupes étoc ainsi travaillées, je me disais : « Quel massacre, que de bestioles et de plantes écrasées par le charroi ! »

D’années en années, je les revisite et force m’est de constater, mis à part un certain tassement supplémentaire par le charroi, l’apport à la biodiversité me semble non négligeable.

Sous la couche de broyats, j’ai trouvé nombre de musaraignes, petits rongeurs, gastéropodes, orvets, jeunes crapauds, grenouilles, salamandres, tritons et parfois d’autres petits reptiles tels que lézards, couleuvres.
Litière abondamment fouillés par les oiseaux insectivores qui y trouvent de nombreuses larves et des vers de terre.
Nombreux sont les carabes qui y trouvent abri, fraîcheur ou pitance sous forme de limaces, de larves.
Pas mal de Coléoptères xylicoles, saprophages, des champignons aussi après quelques années de décomposition. Pas mal d’araignées, celles qui vivent au sol.
On pourrait me rétorquer, sans de tels travaux de réaménagement d’une coupe à blanc, on trouve tout cela aussi !
Oui, mais pour une fois, je ne serais pas trop critique vis à vis d’une pratique de gestion.

C’est tout de même aussi plus praticable pour une plantation future.
En feuillus, il me semble que l’on pourrait laisser quelques souches le long des voies d’accès ou des lisières voisines afin d’assurer le maillage écologique des éléments indispensables aux grands longicornes, aux lucanes, aux cétoines !

Par contre, en cas d’éclaircie, de chutes spontanées, les ramilles au sol semblent contenir moins d’espèces variées, peut-être lié au fait d’un manque de lumière, pourtant quelques espèces de coléoptères saprophages très spécialisés et rares, recycleurs de matières organiques, s’y rencontrent. En quelque sorte, ces débris sont aussi des relais écologiques  pour le maintien de certaines espèces !

Camille Thirion

Journalisée
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.13 | SMF © 2006-2008, Simple Machines LLC XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !