Bienvenue sur le forum de Camille Thirion
21 Avril 2018 à 22:00:20 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Nouveau forum CTHIRION installé !
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1] 2 3 ... 10
 1 
 le: 17 Avril 2018 à 16:36:50 
Démarré par admin - Dernier message par admin
Naturalistes ou Pêcheurs ou vos enfants, petits enfants à occuper!


http://www.eauxracines.be


 2 
 le: 17 Avril 2018 à 16:25:02 
Démarré par admin - Dernier message par admin
Spa et ses peintres
http://www.ecole-liegeoise-du-paysage.net

Jacques Goijen est à votre disposition pour tous renseignements aux expositions pendant les heures d'ouvertures. Spa et ses peintres.

 "Et calme comme un dieu, solitaire et rêveur
  On le voyait aux bois attarder  sa ferveur ;
  Et contempler, d´une âme à jamais étonnée,
  L´effacement du jour ou la mort de l´année"

                                                                              Félix Bodson

  Du 01 avril 2018 au 01 mai 2018 : Tous les jours de 14h à 18h (sauf lundis)Salle Quirin (Jardins du casino)
Rue Royale
4900 Spa

 3 
 le: 17 Avril 2018 à 16:24:01 
Démarré par admin - Dernier message par admin
           
      Les Roches       
        
Le pavillon d’accueil de la grotte de Hotton accueillera durant le mois d’avril une exposition de tableaux anciens sur le thème des roches de notre région.

Julien GOIJEN vous y présentera une sélection de vues de rochers, de falaises, de blocs et de carrières…

Le travail de mise en valeur de ce territoire (Ardenne-Famenne-Condroz) par des peintres de notre région depuis le 19ème siècle vaut le détour. Venez à la rencontre de Richard Heintz et des amoureux de la nature préservée et rude.

Une plaine de jeu, une balade, une visite de grotte ou une dégustation d’une spécialité locale peuvent compléter cette visite.

Heures d’ouverture  :

Julien GOIJEN sera présent tous les dimanches d’avril 2018 de 14h00 à 18h00 uniquement ou sur rendez-vous.

L’exposition sera toutefois accessible au public tous les jours d’avril de 10h00 à 16h00. Entrée de l’exposition gratuite.

Adresse de l'exposition :

Chemin du Speleo Club, 1 6990 Hotton sur Ourthe (Belgique)

Personne de contact :

Julien GOIJEN - goijenjulien@gmail.com - 0473/61.05.98

http://www.ecole-liegeoise-du-paysage.net

Ecole liégeoise du paysage sprl

 4 
 le: 17 Avril 2018 à 15:30:55 
Démarré par admin - Dernier message par admin
L'époque des bonnes résolutions au jardin!

Ce matin, j'ai reçu un message pour me sensibiliser à la lutte biologique, si, si!
Si j'avais des questions à poser me dit-il, c'est le moment!

Depuis 1985/1990, l'élevage des coccinelles en labos, j'ai suivi de près à Gx!

Hélas, en pratique....?

Rien ne remplacera ce qui suit :

Laisser pousser les premières orties au fond de son jardin, les laisser coloniser par des pucerons, pucerons qui ont peu de chances d'infester les cultures plus tard. Ces pucerons hâtifs vont favoriser la production abondante de la nouvelle génération de coccinelles qui iront ensuite envahir les pucerons gênants de notre potager ou de nos parterres et fruitiers.

Vous favorisez aussi ainsi les Hémérobes, les Chrysopes et les syrphes aphidiphages prédateurs de vos pucerons

A l'automne, ménager des abris, vieilles souches entassées,tas de bois avec écorces, boîtes en frigolithe garnie de foin, feuilles mortes sous un récipient étanche, elles abriteront vos coccinelles adultes jusqu'au printemps prochain. Si vous achetez des boîtes de coccinelles en jardinerie, une génération et puis bernique, sans ces mesures, le cycle sera cassé.

Je vais aussi vous expliquez dans la suite pourquoi, il ne faut pas faire pschtt sur les coccinelles asiatiques regroupées dans vos maisons sauf en cas d'allergie avérée, j'attends toujours d'en découvrir une!

Vous avez dit Cocinelles asiatiques!

Erreur humaine par excellence, un foyer de dispersion dans le sud de la France, un autre ais-je lu en Belgique!
Elles nous bien eus, sensées ne pas pouvoir voler, elles se sont dispersées rapidement partout.
Mobilisant des dizaines de chercheurs et les crédits de recherche et les journalistes qui ..... :

Durant dix ans, je n'ai pas cru ces lignes à sensation, pourquoi :

La bataille était perdue d'avance, jamais l'humain n'a pu arrêter ces invasions d'insectes mais on va recommencer avec le frelon asiatique! Les Français ont compris plus vite que nous et ont cessé voici plusieurs années de remplir les cartes de répartition de l'espèce asiatique à travers l'Europe, désormais les coccinelles asiatiques se dirigent vers l'Europe centrale.

Première raison de mes doutes, les phéromones sexuelles qui permettraient le regroupement en nombre dans nos greniers à l'automne : des phéromones sexuelles pour des coléoptères avant hivernage, gros doutes!

Si c'est le cas pour des insectes fécondés avant l'hiver...., des bourdons, des guêpes, des ichneumons, cela me paraît peu probable pour les coccinelles!

Je parlerai plus volontiers d'hormone de piste voir d'agrégation, vu qu'elles grimpent sur les façades en suivant la même trace, or je pense que cette hormone contient un tronçon chimique qui attire aussi bien nos espèces indigènes à deux ou à sept points car ces dernières se retrouvent ensemble avec l'asiatique dans les lieux d'hivernage...plus simplement, c'est peut-être les conditions physiques des lieux d'hivernage qui sont attractives?
Ces rassemblement semblent devenir plus rares au vu des photo des forums d'observations photo.

Les coccinelles asiatiques sont dites très voraces : pourquoi vouloir les détruire en vendant des bombes? Ne trouvez-vous pas curieux que l'on veuille détruire une espèce plus efficace dans la destruction des pucerons que nos espèces indigènes., c'est "scier la branche sur laquelle on est assis, non?

Je pense aussi que nos espèces indigènes reculent vers le nord à cause du changement climatique. Actuellement, en observant en tous milieux : coccinelles à deux points ou à sept semblent cohabiter avec l'asiatique en proportions équilibrées!

Les coccinelles asiatiques seraient prédatrices vis à vis des nôtres, en labo peut-être mais sur le terrain?
Les dates d'émergence sont décalées de même que celles de rentrée : les larves (nouvelle génération) de nos espèces sont sans doute déjà hors de portée des asiatiques (nouvelle génération) quand celles-ci éclosent, sauf peut-être en année tardive ou les sorties massives d'hivernage des deux espèces sont susceptibles de se "tamponner"!

En espérant vous avoir convaincu(e)s que "tout papier se laisse écrire!"
J"avais déjà écrit ces propos dans le Sillon belge autrefois!

Camille






 5 
 le: 17 Avril 2018 à 14:42:57 
Démarré par admin - Dernier message par admin
Message en réconfort de JF!

"Arrêtons de préserver la nature telle qu'elle est maintenant. Les espèces vont et les espèces viennent, c’est comme ça depuis toujours. » Tel est le message que le biologiste britannique Chris Thomas donne dans le livre* « Erfgenamen van de aarde » (Héritiers de la terre). Selon lui, s’il est vrai que les animaux et les plantes meurent à un rythme effréné, en même temps, la nature est occupée à conquérir le monde, et cela grâce à l'homme. Les organisations environnementales devraient dès lors abandonner leurs visions d’apocalypse.
Une résente étude germano-néerlandaise a montré que le nombre d'insectes avait diminué d'au moins 75 pour cent en moins de 30 ans. De nombreux experts parlent d'une nouvelle vague d'extinction car un quart des mammifères et près de la moitié des amphibiens sont menacés. Chris Thomas, professeur de biologie à l'Université de York en Angleterre, refuse de participer à cette pensée pessimiste : "Je me suis aussi inquiété dans le passé, mais j'ai remarqué qu'il y existe un autre aspect: dans de nombreux endroits, l'homme moderne fait augmenter la diversité biologique."
Thomas souligne que les arbres sont coupés, que les rivières sont détournées, que des villes sont construites, que nous voyageons et échangeons plus que jamais : "En conséquence, la flore et la faune se sont répandues partout dans le monde. La nature s'adapte et conquiert le monde. Le moineau domestique n'existait autrefois que dans la steppe d'Asie centrale, on le retrouve maintenant sur tous les continents, même sur des terrasses de café surpeuplées. » Selon lui, les deux tiers des animaux vivent dans des endroits où ils n'auraient pas survécu il y a seulement deux générations. Et les plantes sont encore plus rapides: au cours des 300 dernières années, plus de nouveaux croisements d'espèces végétales sont apparus en Grande-Bretagne que ce qui s'est éteint à travers l'Europe.
Le biologiste ne voit pas immédiatement une menace supplémentaire dans le changement climatique, bien que dix pour cent de toutes les espèces vivant sur la terre devraient s'éteindre : "Nous devons bien sûr essayer de réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais nous devons aussi réaliser qu'un changement climatique apporte des opportunités. Plus d'espèces préfèrent le chaud que le froid.»  Si la terre se réchauffe, la biodiversité augmentera probablement dans la plupart des régions, sauf dans certains endroits qui s’assècheront.
Cette vision optimiste n'enlève rien au fait que le professeur britannique plaide également pour la conservation de la nature : "Sans aucun doute, l'homme va initier toutes sortes de changements technologiques, dont nous ne pouvons pas encore imaginer les conséquences. En conservant sur terre autant d'espèces que possible, nous participons à la résilience de notre planète. Plus il y a d'espèces, plus il y a de briques pour un écosystème sain. », C’est ce qu’écrit Thomas dans son livre« Héritiers de la Terre » .
"Nous avons tendance à considérer tout changement comme un risque. Nous additionnons également ces risques. Ce n’est pas correct, parce que chaque changement apporte aussi des opportunités. Il y a des avantages et des inconvénients. » Voilà pourquoi Thomas espère que les organisations environnementales abandonneront leurs visions pessimistes et se montreront plus conscientes des opportunités qui se présentent en raison des changements constants dans la nature. "Nous devons apprendre à accepter la dynamique continuelle dans la nature. Les espèces vont et viennent. C'est comme ça depuis toujours. "

* traduction du livre :

 inheritors-of-the-earth-how-nature-is-thriving-in-an-age-of-extinction


Ouf, je me sens moins seule!

Camille

 6 
 le: 11 Avril 2018 à 13:12:14 
Démarré par admin - Dernier message par admin
RTBF, JT : 9/04/18

J'ai entendu ce curieux aveu suite au décès de ce jeune cycliste!

Un médecin du monde sportif explique les nombreux tests et précautions prises durant la vie des sportifs.
En conclusion,mais si le destin s'en mêle, on n'y peut rien!

Ouille, je ne suis pas rassurée!

Pourquoi énoncer une telle vérité potentielle dans un moment pareil et surtout la diffuser?

Camille

 7 
 le: 11 Avril 2018 à 12:11:55 
Démarré par admin - Dernier message par admin
Ichneumon surprise

Citation
Message  par Caracal » jeudi 5 avril 2018, 19:19

Probablement Triptognathus atripes femelle
cthirion.dt

Ichneumonidae

Citation
Message  par Guillaume51 » samedi 7 avril 2018, 12:47
Forum le monde des insectes

Diphyus quadripunctorius au vu des pattes postérieures
cthirion dt

Caverneux ?
Citation
Message  par Liegeois » mardi 10 avril 2018, 9:18

Forum du Monde des Insectes

Diphyus quadripunctorius

Cthirion dt

 8 
 le: 10 Avril 2018 à 20:05:48 
Démarré par admin - Dernier message par admin
RTL-TVI JT et RTBF-JT ce 10/04

Comme annoncé dans un autre fil de discussion....

Rappelez-vous, je vous disais dans un autre paragraphe, c'est la saison des alarmes!

Tout le monde y trouve son compte :les insectes avec les répulsifs, les antihistaminiques....en voilà autant pour les pharmaciens ou les médecins!

Je sais, il y a des chocs anaphylactiques (allergies graves) à craindre pour certains, j'en ai été le témoin plusieurs fois!

Revoici le castor, le raton-laveur, le rat musqué, le ragondin.....et hop, des observatoires à créer, des piègeurs à mettre en branle....tout le monde est content!

Revoici le loup....on va reparler bientôt du sanglier, des blaireaux...si si vous verrez!

Loin de moi, l'idée de mettre en doute la nécessité de réguler localement certaines espèces!

Petite remarque, je connaissais déjà le ragondin sur l'Ourthe (Grandhan) dans les années 1970 et je doute qu'il vienne de France, divers historiques l'annonçant plutôt d'élevage hollandais.....contrairement à ce que l'expert exposait dans le reportage!
En Flandre, rats musqués et ragondins étaient appréciés en ragoût, et aussi les hérissons!

Petite anecdote :  j'ai vu des piègeurs à la nasse relâcher les femelles de rats musqués  (vallée de l'Ormeau) vers 1980, les mâles étaient tués. Je connaissais la légende des taupiers qui pratiquaient aussi ainsi:  on ne va " pas scier la branche sur laquelle on est assis", assurons les saisons suivantes!

Camille

 9 
 le: 10 Avril 2018 à 15:30:22 
Démarré par admin - Dernier message par admin
RTBF, la Une

Hier, j'ai écouté un long débat sur la restitution possible du patrimoine africain en collection dans ce musée!

Ayant beaucoup cotoyé les milieux de la coopération et parfois ceux dits des coloniaux, j'attire votre attention sur le fait qu'hier en radio, jamais on ne fit la distinction entre les deux.

On s'est amusé du cerclé des anciens d'Afrique qui se réunissaient pour suivre l'avenir  des collections, parfois des dons personnels d'ailleurs, au Musée et qui se voulait partie prenante des discussions en cours!
Peut-être en effet ces collections avaient été volées aux congolais, la traçabilité n'avait guère cours autrefois!

Sans la présence des collections rassemblées à Tervuren, beaucoup de connaissances sous formes de travaux scientifiques ou historiques n'existeraient pas! Pour bien des Africains séjournant chez nous, ces oeuvres rassemblées étaient l'occasion de découvrir leurs racines.

N'oublions pas non plus l'action de l'Académie des sciences d'Outre mer qui ne laisse pas indifférent les anciens d'Afrique!

Nous serions paternalistes en disant que les institutions congolaises ne sont pas à même de conserver leur patrimoine, l'exemple de DAKAR au Sénégal ne me semble pas comparable au vu des étudiants de ce pays que j'ai connu!

Revisitons l'histoire, nos coopérants avaient édifiés des hôpitaux de haut niveau, des écoles de tous niveaux, des stations de Recherches peu orientées vers les productions industrielles mais visant à adapter, semences, variétés locales pour les besoins des populations et remarquez bien, destinées à la survie des populations. Je vous accorde que les cadres n'avaient pas été préparés en nombre suffisant. Quand ces nouveaux cadres ont été formés chez nous un peu plus tard, ils se sont empressés de demeurer parmi nous ou se sont engagés vers les institutions internationales.

 il ne reste rien de tout cela...et vous voudriez que je sois rassurée par le devenir du patrimoine de Tervuren?

S'il quitte Tervuren, ce patrimoine est, dans la situation actuelle, perdu pour tout le monde!


Les propos de la personne interviewée hier étaient irréalistes, populistes...!

Maintenant que l'on négocie des accords financiers pour le maintien de ce patrimoine à Tervuren, soit, mais en veillant que ces sous permettent la sauvegarde du patrimoine congolais encore conservable dans ce beau pays!

Il faut aussi savoir que nombre d'experts étrangers se sont formés à Tervuren et sont repartis avec un bagage non négligeable de connaissances!

Je n'ai pas de coloniaux, ni de coopérants dans ma famille, ni d'intérêts personnels, je n'ai jamais mis les pieds sur ce sol....quelle qu'en soit la source, je n'apprécie pas que l'on dise n'importe quoi!

Camille

 10 
 le: 09 Avril 2018 à 20:28:25 
Démarré par admin - Dernier message par admin
Pour réduire l'érosion, le sous-semis gagne à être connu

J.V. ;Gilles Manssens du Cipf (Centre indépendant de promotion fourragère-UCL)
Sillon belge, 8/09/2017

Implantation simultanée de maïs et sous-semis

Sillon belge, 9/02.2018 G.Manssens, F. Renard, G. Foucart (Cipf-UCL)

Voilà une  méthode culturale découverte lors des excursions de l'Association d'Etudes floristiques!

Parmi les considérations techniques qui dépassent mes connaissances sur le sujet :

J'en ajouterai tout de même deux :  La couverture du sol réduit la remontée de l'eau par capillarité et donc son évaporation.
Même si une partie de cette eau est absorbée par les plantes du sous-semis, le bilan reste positif, on le sait depuis plus d'un demi-siècle en arboriculture.
Cette couverture en cas de gel tardif, en diminuant le rayonnement lunaire peut être bénéfique.


En excursion, près de Champion, une bande d'une vingtaine de m.de large, probablement pour dissuader le gibier de brouter les cultures fourragères de légumineuses proches, un fil électrique longeait d'ailleurs les taills proches sur plusieurs km. Hélas, ce fil était souligné par du Roundup!

Pourquoi je souligne le fait qui va suivre, la bande est divisée en deux sections, l'une désherbée, feuillage chlorotique, pas d'adventices au pied, l'autre d'un vert à croquer non désherbée ou fleurissent des adventices ou des messicolles!

Géraniums, camomille, lamier pourpre, pensées sauvages de plusieurs espèces, fumeterre, myosotis, chrysanthèmes de moissons,trèfle blanc, quelques lotiers .....  toutes ces plantes étaient fréquentées par de nombreux insectes, abeilles et guêpes sauvages, papillons...
Dois-je vous dire que ces deux parcelles étaient de même taille et que le non-désherbage n'avait pas l'air d'être un handicap.
Petite précaution, je ne sais pas si c'était une même variété ni si les semis avaient été similtanés.
J'en ai parlé à Joseph Francois qui m'a dit qe ces adventices pompaient pas mal de ressources!
J'ai pourtant vu d'autres parcelles non ou mal désherbées où le maïs était prospère.

Quelle ne fut pas ma joie de découvrir les deux articles précités...enfin!

Dans le coin, à quelques km, tiens une culture de maïs avec des graminées au pied...bizarre? En bordure :  abondance d'adventices ou de messicoles, plein d'insectes sur le versant sud...au choix, vive la biodiversité, chacun y trouvant son compte!

Et puis, lotier, trèfle blanc, fétuque rouge ou ray-grass ne laissent pas indifférent le petit gibier, qui peut brouter bien à l'abri des rapaces sous le maïs.

Petite suggestion, pourquoi ne pas mélanger des plantes messicoles en même temps que le maïs et le sous-semis en bordure? Vu les avancées techniques, un petit réservoir annexe à solliciter en bordure?

Dans cette technique du sous-semis, on introduit parfois du lotier ou du trèfle blanc, enfin pour nos bourdons, si menacés, une provende qui peut être tardive vu que le maïs est souvent récolté assez tard!


En tous cas, j'ai trouvé la technique attrayante!
Pour une fois que je ne suis pas critique....!

Camille

Pages: [1] 2 3 ... 10
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.13 | SMF © 2006-2008, Simple Machines LLC XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !